Historique

PREMIERE PARTIE : LES 40 PREMIERES ANNEES

Fondation du club : Année 1953-1954

Début des années 50 : Théodore Piavaux,vicaire de Sprimont, constatant qu’une majorité de jeunes font le choix sportif du football, décide de construire un terrain de basket à l’ancienne carrière attenante à l’école Emmanuel.

Monsieur Louis Magis, l'un des fondateurs

Monsieur Louis Magis, l’un des fondateurs

C’est aidé par quelques mécènes, par monsieur Joseph Paquay et en recrutant tous les jeunes disponibles qu’il y parvient. Le terrain est terminé fin 1953.  Monsieur Louis Magis, maitre à l’école catholique, joue également un gros rôle dans la création du club de basket, en visitant les familles du village et des hameaux voisins pour les convaincre d’inscrire leurs gamins au basket.

Le basket « Eglantine » est né, avec comme premiers dirigeants Monsieur Louis Magis (président), Monsieur Joseph Laurent (trésorier), et Monsieur Léon Delhalle (secrétaire). Le premier local est le café Stassart, chez Margot et Nelly.

Les 15 premières années : 1954 à 1969

Les hommes

En 1954-1955, l’équipe est inscrite dans son premier championnat : elle aligne défaite sur défaite, mais dans une excellente ambiance.

1954/1955 - 1ère équipe hommes

1954/1955 – 1ère équipe hommes

D’années en années, l’équipe progresse, s’améliore, se structure tant dans les entrainements qu’en matches.

1955/1956 - équipe hommes

1955/1956 – équipe hommes

Vers 1960 - équipe hommes

Vers 1960 – équipe hommes

Les souvenirs restent imprécis quant aux résultats des championnats des premières années car, à l’époque, il n’y avait pas ou peu d’archives, que ce soit à la fédération ou dans la presse. On peut simplement considérer que jusqu’en 1969, l’équipe a bien évolué sur le plan sportif puisqu’au terme du championnat 1968-1969, elle termine championne de la division IV provinciale.

Les dames

Les années 50 - dames

Les années 50 – dames

Peu de temps après la création de l’équipe masculine (le souvenir reste vague quant à l’année, 1954 ou 1955), une équipe dames voit le jour, avec la bénédiction de l’Abbé Piavaux. Melle Wéra est le premier entraineur de cette équipe. Elle est très proche des jeunes et, que ce soit au niveau sportif ou humain, les joueuses apprennent beaucoup à son contact. Celle qui lui succède, Melle Degotte, leur apprend l’effort, la persévérance quoi qu’il arrive. Le club a alors très peu de moyens, et les joueuses notent leur numéro à la craie sur leurs 1ères vareuses. Des personnes de bonne volonté mettent leur voiture à disposition et véhiculent les joueuses.

Au niveau des résultats sportifs, elles démarrent dans la division la plus basse et n’en bougent pas durant ces 1ères années.

Vue de l'ancien terrain

Vue de l’ancien terrain

Les années « transition » : 1969 à 1974

Les hommes

Le titre conquis en 1969 attire quelques jeunes joueurs désireux de se lancer dans ce sport. Sous la tutelle de Charles Flagothier, une équipe réserve voit le jour.

1970/1971 - équipe hommes

1970/1971 – équipe hommes

D’autres adolescents rejoignent le groupe et les dirigeants comprennent qu’il est temps de donner au club des structures plus adéquates et un encadrement encore plus responsable. Monsieur Darras (papa d’Eric) est engagé comme entraineur. La saison suivante, le BC Sprimont aligne pour la première fois une équipe d’âge, en cadets. Les divers matches et tournois favorisent l’éclosion de nouveaux talents et révèlent de nouvelles ambitions : l’équipe ne peut plus stagner plus longtemps en 3ème provinciale. Monsieur Daco est engagé comme entraineur, mais hélas la montée est différée de quelques années, l’équipe échouant par  2 fois à 2 points du montant.

Inauguration du nouveau revêtement extérieur

Inauguration du nouveau revêtement extérieur

Il n’empêche, les ferments qui vont modeler le futur visage du BC Sprimont sont déjà bien présents : une seconde équipe de jeunes est alignée, bien d’autres vont suivre, un projet pour aménager des vestiaires et agrandir la buvette est à l’étude.

 

 

Les dames

Pendant un moment, l’équipe dames a cessé d’exister,  mariages, déménagements, grossesses,…, ayant décimé l’équipe.

Cela dure quelques années… : jusqu’en 1974, année où Marcel Pirard décide de reconstruire une équipe féminine.

1975 à 1978

Les hommes

Henri Deffet

Henri Deffet

Dès le début des années 70, Charles Flagothier, déjà président, amène du sang neuf dans le comité : notamment Julien Leclercq et Henri et Charles Grandry. Rassuré quant à sa stabilité, le comité s’attaque au côté sportif, et 1975 voit l’arrivée d’Henri Deffet comme joueur-entraineur. Fort de sa carrière exceptionnelle dans les divisions nationales, Henri Deffet fait passer le club de l’âge de la pierre aux temps modernes. Bien sûr, cette révolution laisse quelques victimes, mais les plus mordus s’accrochent et passent 3 années formidables avec Henri, dont la 2ème est agrémentée d’une historique première montée en 2ème provinciale.

C’est une des périodes les plus agréables : les hommes jouent le dimanche matin, les dames l’après-midi, et la troisième mi-temps est généralement longue.

1976 - équipe hommes

1976 – équipe hommes

Les dames

Les années 1974 à 1978 sont les années Marcel Pirard.

1974-1975 : pour ce 1er championnat, les joueuses, toutes débutantes, démarrent en 2ème provinciale, la division la plus basse à l’époque. Ce championnat se solde sur une avant-dernière place, mais les joueuses ont acquis de l’expérience.

1975/1976 - Montée dames en 1ère provinciale

1975/1976 – Montée dames en 1ère provinciale

1975-1976 : grâce à l’expérience acquise, aux nouvelles venues, et aux conseils de Marcel, l’équipe termine 2ème du championnat, acquérant ainsi le droit de jouer un test-match contre Wanze. Les dames de Sprimont réalisent l’impossible : elles  gagnent ce test-match, offrant du même coup au club cette première accession d’une équipe dames à l’échelon supérieur. Cela mérite bien un cortège dans les rues de Sprimont, avec fanfare, ainsi qu’une réception à l’administration communale.

1976-1977 : encore une belle année : 4ème place.

1977-1978 : année de nouveau exceptionnelle à l’issue de laquelle l’équipe gagne son billet pour la division supérieure. Pour la première fois de son histoire, la section féminine de Sprimont va donc connaitre le niveau national.

1978 à 1980

Les hommes

En 1978, la mayonnaise ne prend pas : Luc Namèche (qui succède à Henri Deffet comme entraineur) et les deux transferts aqualiens (Rondoz et Hubert) sont remerciés en cours de saison. Bernard Renaville, alors joueur, reprend l’équipe en mains, mais ne peut éviter la culbute en 3ème provinciale. Les deux années qui suivent sont des années de transition sans histoires, avec successivement aux commandes Bernard Renaville et Philippe Wynn, et des fins de championnat dans le ventre mou du classement.

Les dames

1978 - dames: montée en nationale 3

1978 – dames: montée en nationale 3

1978-1979 : les dames ne sont guère perturbées d’évoluer en 3ème nationale pour la première fois, et de découvrir de  nouvelles provinces et des équipes flamandes. Au contraire  puisqu’au terme de cette première saison à cet échelon, elles terminent 3èmes ou 4èmes.

Au terme de cette saison, Marcel Pirard, estimant leur avoir appris tout ce qu’il savait, passe le flambeau. C’est une reconnaissance lorsque la fédération  lui demande de prendre en charge les jeunes sélectionnées liégeoises, ce qu’il fera pendant des années avec beaucoup de succès.

Les années 1979 à 1982 sont les années Claudy Louis.

1979-1980 : l’équipe féminine réalise un très beau championnat en 3ème nationale et se classe dans la foulée des leaders.

1980-1981 : dernier match de championnat : Sprimont(36 points)/Fémina (34 points) – 200 supporters conscients de l’importance de l’enjeu. Victoire des sprimontoises qui propulse l’équipe en 2ème nationale, du jamais vu au club.

1981 : la salle omnisports

L’accession de l’équipe dames en 2ème nationale signifie aussi l’obligation de jouer en salle. Celle-ci est construite pendant l’intersaison en plus ou moins 2 mois, pendant les vacances. Beaucoup de bénévoles mettent la main à la pâte et le jour de l’inauguration, le club accueille une équipe hollandaise.

Les hommes

La salle omnisports est un détonateur pour nos équipes et dès la saison 1981/1982, l’équipe messieurs flirte avec la montée, terminant 2ème, avec Maurice Remy comme entraineur.

1982/1983 - équipe hommes

1982/1983 – équipe hommes

Les dames

1981-1982 : cette saison en 2ème nationale est difficile, avec une équipe quasi entièrement sprimontoise (1 seul transfert). Elle se solde par une descente en D3, avec comme consolation qu’au niveau de la 3ème mi-temps, l’équipe reste imbattable.

1983

Anny Pirard remplace Julien Leclercq au secrétariat.

Les hommes

Grand retour d’Henri Deffet comme entraineur, l’équipe survole le championnat et est championne de 3ème provinciale.

1983/1984 - équipe hommes

1983/1984 – équipe hommes

Les dames

Les années 1982-1983 et 1983-1984 sont les années Jacques Paquay. Il leur apprend notamment ce qu’est une bonne défense. Une attaque plutôt timide mais une défense en béton leur permet de terminer dans les 5 premières places de ces deux saisons en D3. Durant ces deux années, Sprimont joue essentiellement un rôle de trouble-fête, talonnant les leaders et réussissant à les faire douter.

1984 à 1987

Les hommes

Arrivée d’un personnage qui va marquer les années suivantes par sa gentillesse, sa disponibilité et surtout son talent : Michel Sottiaux. Engagé comme joueur-entraineur, il aide l’équipe à se maintenir en 2ème provinciale en 1985, avant de se consacrer à l’équipe uniquement comme joueur. Sous la Houlette de Claudy Louis, l’équipe termine 6ème du championnat 1985/1986 avant de remporter le titre en 1986/1987 et d’accéder ainsi à l’élite provinciale.

Les dames

Michel Demasy s’occupe des dames en 1984-1985 et 1985-1986. Michel est comme entraineur exactement comme il est dans la vie : doux et gentil.

1984-1985 : année en dents de scie ; l’équipe alterne le bon et le moins bon, et termine en milieu de classement.

1985-1986 : au terme du dernier match de championnat, l’équipe doit jouer un test-match à Mosa Jambes pour se maintenir. Claudy Louis reprend, pour ce match, l’équipe en mains. Il se termine sur une explosion de joie verte et blanche : l’équipe se maintient en D3.

1986-1987 est l’année Dominique Guillaume. Les résultats sont de nouveau très mitigés.

1987 à 1992

1987 : Charles Flagothier, président depuis 20 ans, décide de se consacrer plus activement à son poste à la fédération et cède sa place de président à Alain Minguet, homme travailleur et dévoué qui prouve vite qu’il est à la hauteur de la tâche.

Les hommes

1987-1988 : malgré l’apport de l’ailier Julien Marnegrave, la saison est difficile. Claudy Louis démissionne et est remplacé comme entraineur par Armand Wuidart, lequel parvient à maintenir l’équipe en 1ère provinciale.

1988/1989 - champions

1988/1989 – champions

1988-1989 est une année extraordinaire. Julien Marnegrave et Michel Sottiaux ayant décidé de mettre un terme à leur carrière de joueurs, il faut donc les remplacer. Michel reprend l’équipe comme entraineur et des joueurs de talent arrivent au club : Christian Francoeur, Paul Rambeaux et Jean-Paul Hertay. En y ajoutant Jacques Viatour, Guy Grolet, Didier Neuforge, ainsi que quelques jeunes, l’équipe est au top et, au terme d’une saison sans fausse note, décroche le titre en 1ère provinciale. Les hommes accèdent pour la première fois au niveau national (4ème nationale).

1898-1990 : première saison irréprochable en 4ème nationale. L’équipe, toujours dirigée par l’homme à la barbe poivre et sel,« gentleman Michel », termine en 4ème position avec 30 points. Nous ne pouvons que nous enorgueillir d’avoir compté en nos rangs cet homme gentil, généreux, courtois, passionné, bavard, autant de qualités reconnues autour de tous les terrains de basket. Bref, c’est un gentleman du basket.

Les deux années suivantes sont en dents de scie.

Les dames

L’année 1987-1988 est l’année Fernand Hessel. Sur papier, l’ équipe est compétitive, mais n’arrive pas à réaliser les performances qu’on attend d’elle. Le siège descendant est, cette fois, bel et bien pour Sprimont qui, après un long bail en 3ème nationale, rétrograde en 1ère provinciale.

1988-1989 et 1989-1990 sont les années Luc Gilles.

1988-1989 : pour cette première saison en 1ère provinciale,  l’équipe termine 3ème avec uniquement des joueuses de Sprimont.

L’année suivante emprunte plus ou moins les mêmes méandres et une 4ème place solde ce championnat 1989-1990. Luc prend ensuite en charge, pendant plusieurs années, la formation de jeunes sprimontois.

A noter qu’en novembre 1989, les 15 ans de l’équipe dames sont fêtés comme il se doit, pour rendre hommage aux rescapées des années 70, au comité et aux nombreux bénévoles faisant vivre le club.

Les années 1990 à 1993 sont les années Jean Vincent. Lorsque Jean débarque à Sprimont, il en met plein la vue, il est très impressionnant dans sa façon d’être et de dire les choses. Mais la carapace tombe vite, et une franche amitié nait et ne fait que se renforcer durant les 3 championnats où il entraine. L’amitié, les rires, les bons verres et les résultats suivent, que demander de plus ? Jean bénéficiait, il est vrai, d’une bonne équipe au départ, mais il a su tirer le meilleur de chacune.

1990-1991 : l’équipe termine seconde en 1ère provinciale. Cette 2ème place étant une place montante, l’équipe rejoint donc la 3ème nationale.

1990/1991 - dames : montée en nationale 3

1990/1991 – dames : montée en nation. 3

1991-1992 : Jean Vincent est assisté par Libert Lefèbvre. Excellente saison de nouveau et l’équipe loupe la montée de peu, échouant dans le tour final des deuxièmes classées. A signaler que cette même saison, Jean Vincent atteint avec les juniores filles de Sprimont les demi-finales de la coupe de Belgique.

 

 

1992 à 1994

Les hommes

Saisons placées sous le signe du rajeunissement, avec la venue de joueurs tels que Eric Daune, Bernard Schoonbroodt, Claude Ernotte, Gauthier Poncelet, …. Le pari est de taille avec ces jeunes, mais il est tenu grâce aussi au talent d’Alain Voets, le nouvel entraineur.

Les dames

1992-1993 : 2ème place, des tours finaux réussis et l’équipe  accède pour la 2ème fois de son histoire en 2ème nationale. L’équipe juniores filles est championne de Belgique juniores.

A signaler que Jean est toujours resté en contact sportif et amical avec Sprimont, en dirigeant notamment de nombreux stages de jeunes et ce, jusque son décès survenu trop tôt.

1993-1994 est la saison Roland Jeunehomme. En amenant un peu de rigueur ainsi que son immense savoir, il a su amener l’équipe à une enviable 6ème place. Sprimont n’a pas raté son retour en 2ème nationale.

Au terme de ses 40 premières années d’existence, grâce aux excellents résultats des équipes dames et hommes, Sprimont s’est fait connaitre dans toute la Belgique et fait partie des meilleurs clubs liégeois.

Dames: divisions, entraineurs, classements

Dames: divisions, entraineurs, classements

hommes: divisions, entraineurs, classements

hommes: divisions, entraineurs, classements

Il manquerait  un chapitre à ces 40 premières années d’existence du club si on ne vous parlait pas de LUI, notre mascotte pendant toutes ces années : Henri Pirotton, le « vieil Henri », comme on l’appelait, ou « henri » tout court. On l’entend encore, notre vieux lion, rugir des « allez Sprimont » à s’en arracher les poumons. Henri… Avec sa casquette, sa salopette, son anorak et son écharpe verte et blanche. « Nos vî », comme l’appelaient les anciens, aura été de tous les coups. Comme tout supporter qui se respecte, il était enthousiaste et de mauvaise foi, aussi prêt à s’enflammer quand nos équipes jouaient bien qu’à pester quand elles jouaient mal. Qui ne l’a pas taquiné juste pour le plaisir de le voir s’enflammer ou pour savourer ses réparties. Mais c’est avant tout avec affection qu’on le retrouvait les jours d’entrainements ou de matches car chacun savait la quantité de services rendus au club. Des km de routes parcourus dans la commune pour récolter des sous à son omniprésence dans le club pour y « faire régner l’ordre et la discipline », tout cela méritait bien un hommage… Merci Henri !

DEUXIEME PARTIE : DE 1995 A AUJOURD’HUI

19. En construction